< Quartier Femmes L’endormi du bout du ciel >

UBUS

Le projet L’équipe Diffusion La presse Les partenaires

Le projet

« UBUS » est une création collective, un spectacle itinérant présenté dans un bus, un chassé-croisé d’histoires remontant le temps.Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir… À l’heure où nous mettons sous presse, nous parvient un communiqué d’une teneur surprenante et très inattendue que nous nous devons de vous transmettre. En effet, nous apprenons que le Bus à Grande Vitesse, BGV 111 de la compagnie Trans-paradise-Pacifique sera en circulation à Nouméa du 6 au 29 novembre 1998 et qu’il propose à ses passagers une excursion peu ordinaire à travers le temps !… Les organisateurs refusent de nous informer sur l’itinéraire, mais nous savons que les passagers embarqueront à Nouville pour finir semblerait-il en enfer, quelques kilomètres plus tard !… Nous ne pouvons que vous conseiller de rester prudents face à cette étonnante affaire…

L’équipe

Comédiens : Fabienne Bernet, Ten Chan, François Coutaud, Anabel Gransagne, Nathalie Halbedel, Steev Maka L., Alain Mardel, Valérie Marzal, Bruno Monier, Pascal Pouly, Patrick Sandrin, Monique Tabet, Jeanne Vassard, Patrick Vassard ainsi que Gonzague de la Bourdonnaye dans son propre rôle de journaliste et Franck Pourcelot dans son propre rôle de chauffeur de son propre bus…
Ecriture : François Coutaud, Colette Delvalle et Béatrice Schlumberger
Mise en scène : Isabelle de Haas
Décors et accessoires : Steev Maka L. et Patrick Vassard
Masques et costumes : Hugues Marit et Elodie Massa
Tournage et montage des séquences filmées : Philippe Mercier et Jean Marc Dayde
Photos : Eric Dell’Erba

Diffusion

Présenté à Nouméa, sur les routes de Nouville, en novembre 1998.

La presse

Les Nouvelles Calédoniennes : « Ubus » est une fresque vivante et bigarrée sur les courants de la vie, ceux sur lesquels on se laisse flotter… Caricature et dérision entrent en scène. Le public découvre sans attendre le fil conducteur de l’excursion. Par la suite, si le spectateur est doué d’une certaine capacité à se moquer de lui-même et du monde dans lequel on vit, il n’aura pas trop le mal des transports. Sinon, malgré les éclats de rire provoqués par certaines situations, il repartira l’air grave et perturbé… On rit beaucoup en effet… Mais les rires servent d’exutoire. Car le fond de cette pièce de théâtre itinérante et interactive reflète les aspects de la vie qu’on préfère ne pas voir, la peur qui nous polarise… (Carole de Kermoysan, 21/11/98)

Dimanche matin : Une fois de plus, Isabelle de Haas innove… Un spectacle aux accents ubuesques… (L.E., 1/11/98)

Télé 7 Jours : Du théâtre dans un bus, il fallait y penser. Isabelle de Haas l’a osé !… Il n’en fallait pas davantage pour titiller la curiosité des Calédoniens qui, depuis le 6 novembre, mettent leur âme en péril. On leur promet même un voyage en enfer ! Et ils se bousculent au portillon pour y aller !… Des scènes délirantes, qui se succèdent et s’enchaînent pendant un peu plus d’une heure, pour le plus grand plaisir des passagers éberlués par le résultat…

Les partenaires

Production « Pacifique et Compagnie… », avec le soutien de la Ville de Nouméa, la Province Sud, le Congrès de la Nouvelle-Calédonie, la Direction des Affaires Culturelles et la Direction Territoriale de la Jeunesse et des Sports.

Ainsi que : Les Nouvelles Calédoniennes, R.F.O., Shell, Digit Vidéo, Sortir, Reviens je t’aime, Canal +, Fabical, Brigand et Clochard, le restaurant 1881, le parking Bir-Hakeim, Compact Mégastore